Une décision retentissante

L'impression 3D apporte la liberté de conception, au service d'un meilleur son

La réussite d'un film dépend entre autres de la qualité de l'image et du son. Pour Didier Kwak, grand nom du secteur de l'audiovisuel en France, seuls les images et l'audio à résolution élevée sont acceptables. Il y a plusieurs années, Kwak commença à réaliser que le niveau de qualité des technologies acoustiques disponibles n'était pas à la hauteur de celle des images. Kwak se tourna alors vers la « psycho-acoustique », une science qui étudie la perception des sons et leurs effets physiologiques.

La perte de qualité sonore que Kwak avait observée depuis les années 1970 était due dans une large mesure à l'emploi de matériaux meilleur marché par les fabricants de systèmes audio, ainsi que par l'avènement des services de musique en streaming. « Pendant des années, les fabricants ont développé des appareils de plus en plus puissants, alors qu'ils employaient des matériaux de qualité inférieure. Le résultat ne répond donc pas vraiment aux attentes. » Ne se laissant pas décourager, Kwak entreprit son voyage sonore et créa son propre prototype de système audio en bois et en métal.

«
 La fabrication additive nous permet de vaincre les limites de l'outillage et de la fabrication traditionnelle pour produire rentablement des pièces complexes à la demande. Nous tenions les pièces entre nos mains en seulement quelques jours, ce qui aurait été matériellement impossible sans les imprimantes 3D de Stratasys. »

Didier Kwak
Askja Audio

Askja permet de personnaliser la surface de ses produits grâce à des rebords imprimés en 3D, ce qui permet d'offrir différentes finitions pour les clients, comme le cuir.

Le son du changement

Toutefois, les chemins de l'innovation sont fréquemment semés d'embûches, et même si Kwak avait reçu les éloges des professionnels du secteur après un premier prototype, il y avait encore beaucoup à faire pour développer un produit qui pourrait, selon ses propres termes, constituer une « exquise passerelle entre le son et l'art ». Dans l'intention expresse de développer un système audio très haut de gamme qui pourrait répondre exactement à de telles exigences, Kwak fonda Askja Audio en 2014.

Pièce d'amplificateur imprimée en 3D avec de la résine ULTEM 9085.

Pièce finale d'amplificateur imprimée en 3D, puis peinte.

Pour relever un tel défi, la compagnie acoustique a mené des recherches et découvert que la liberté de conception offerte par l'impression 3D lui permettrait de produire toutes les formes dont elle avait besoin, sans aucune limitation géométrique. « Cette possibilité fut la pierre angulaire de la conception et de la production de notre amplificateur hybride, des filtres et de l'unité d'alimentation », déclare Kwak.

Ayant besoin de grands formats de fabrication, Askja Audio s'est orienté vers l'imprimante 3D Fortus 900mc™ de Stratasys, un système capable de produire de très grandes pièces aux formes complexes. L'emploi de la résine ULTEM™ 9085 et de matériaux ASA lui donnait la stabilité dimensionnelle et la robustesse nécessaires pour transmettre le signal audio depuis les composants électroniques sans aucune distorsion mécanique au niveau de la caisse. La moindre distorsion aurait pu altérer les qualités électroniques des composants, et finalement la qualité du son.

Askja a également été capable de revoir ses assemblages complexes de pièces pour finalement les regrouper en seulement quelques éléments de grandes dimensions. « L'amplificateur hybride « Origin » est l'un de ses plus grands modèles d'Askja. Son design complexe et ses formes inhabituelles rendaient pratiquement impossible sa production par des méthodes conventionnelles. Il nous aurait fallu attendre plusieurs mois et dépenser des sommes considérables rien que pour produire l'outillage. », affirme Kwak.

« La fabrication additive nous permet de vaincre les limites de l'outillage et de la fabrication traditionnelle pour produire rentablement des pièces complexes à la demande. Nous tenions les pièces entre nos mains en seulement quelques jours, ce qui aurait été matériellement impossible sans les imprimantes 3D de Stratasys. »

Pour relever un tel défi, la compagnie acoustique a mené des recherches et découvert que la liberté de conception offerte par l'impression 3D lui permettrait de produire toutes les formes dont elle avait besoin, sans aucune limitation géométrique.

Le luxueux amplificateur hybride « Origin » d'Askja.

Finalement, la technologie additive a permis à Askja d'ajouter la possibilité pour les clients de choisir des finitions personnalisées sans renoncer à la qualité du système sonore. « ... l'emploi de la fabrication additive permet aux clients de personnaliser leur propre conception, ce qui est un atout extraordinaire », déclare Kwak. « L'emploi de l'impression 3D avec la technologie FDM de Stratasys nous permet de transformer nos aspirations de conception créative en réalité, et constitue également une part très importante de l'originalité des produits Askja, dans la mesure où aucune autre compagnie de système audio n'a jamais conçu ses produits finaux par fabrication additive. »

Amplificateur hybride d'Askja imprimé en 3D

« 
La fabrication additive nous permet de vaincre les limites de l'outillage et de la fabrication traditionnelle... »

Didier Kwak
Askja Audio